CV : la rubrique Centres d'intérêt

Rubrique 100 % facultative… mais 200 % utile !

 

Les centres d’intérêts : certains recruteurs ne trouvent aucun intérêt à cette rubrique, souvent remplie à tort et à travers, mais faut-il pour autant la bâcler et la délaisser, au risque de tomber sur LE recruteur pour qui cette rubrique est primordiale pour capter votre identité personnelle ?

Alors, quitte à la rédiger, qu’y mettre afin d’interpeler le recruteur et de sortir du lot ?

#1. Pourquoi inclure cette rubrique dans son CV ?

 

Les Centres d’intérêt peuvent être une réelle valeur ajoutée à votre CV. En effet, cette rubrique induit beaucoup plus que ce qu’on pourrait croire, d’autant plus si elle est bien rédigée !

 

D’après vous, en plus des questions rationnelles liées aux précédentes expériences professionnelles et au cursus, pourquoi les recruteurs posent-t-il souvent des questions comme : « Quelles sont vos principales qualités et principaux défauts ? », « Quelles situations pourraient vous faire paniquer ? », … ? Car ces questions, et donc les réponses qui en découlent, reflètent en partie votre personnalité ! Oui, les recruteurs appuient leurs décisions de recrutement tant sur du rationnel que sur de l’irrationnel, du ressenti.

La rubrique Centres d’intérêts a le pouvoir de susciter l’intérêt du recruteur, de lui donner un premier aperçu de votre personnalité, de vos goûts, notamment au travers des activités que vous pratiquez. Le recruteur veut « connaître » ses candidats afin de pouvoir affiner son recrutement : cette personne pourra-t-elle s’intégrer dans l’entreprise ? Ses valeurs sont-elles en adéquation avec notre entreprise ? Puis-je créer du lien avec cette personne ?

Parfois même, les centres d’intérêts servent à introduire le dialogue lors d’un entretien, afin de détendre l’atmosphère (« Alors, comme ça, vous faites de la voile ? Justement, j’ai mon petit 16m qui mouille à St Tropez… bla bla bla… »). D’ailleurs, petites fouines que vous êtes, n'hésitez pas à effectuer une recherche Internet sur la personne auprès de laquelle vous postulez : sait-on jamais si vous vous découvrez une passion en commun, il serait dommage de ne pas insister dessus dans votre CV !

Enfin, cette rubrique « rassure » les recruteurs, qui sont les premiers à savoir à quel point le monde de l'entreprise peut être stressant (si, si !) et beaucoup d'employeurs préfèrent des collaborateurs qui ont une vie en dehors de leur travail et des passions dans lesquelles ils peuvent se ressourcer ! Ils veulent savoir ce qui, en dehors des études et du travail, vous fait avancer dans la vie ou, tout au moins, vous fait mettre le nez dehors…

#2. Que mettre dans cette rubrique ?

 

Maintenant que l’intérêt de cette rubrique est acté, la graaaande question est : qu’y mettre ?

Les quatre centres d’intérêt que l’on retrouve dans 85 % des CV sont : lecture, cinéma, musique et jogging. Vous adorez regarder des films ? C’est aussi le cas de 80 % des autres candidats… Voilà pour l’originalité ! J

 

Au Rés’Ô, on ne peut que vous conseiller de mettre des choses qui ont de quoi « faire réagir positivement », que l’on est fier de mettre en valeur. Celles qui reflètent vos capacités à vous investir, à travailler avec les autres, à réaliser/ atteindre des objectifs, à vous épanouir, parlent bien aux recruteurs.

Alors que vous soyez plutôt sportif ou cérébral, manuel ou intellectuel, aventurier ou paisible, cette rubrique est un très bon révélateur de votre personnalité et de ce qui vous attire.

Les activités originales ont tendance à retenir l'attention. Si vous êtes amateur de grands vins, vous avez certainement plus de chances d'aiguiser la curiosité des employeurs qu'avec des activités plus communes. Mais attention : intriguer, oui, choquer, non. Faites attention à n’être pas trop « cash » et à en révéler trop. Pas sûr que votre passion du Pole Dance ou de la série GOT ait sa pace sur votre CV…

Si c’est en lien avec votre (futur ?) poste, c’est encore mieux. Mais sinon, pas de panique, on peut toujours trouver un parallèle !

 

Quelques exemples :

> LE SPORT : le sport a toujours la côte auprès des employeurs car il prouve que vous prenez soin de votre santé et de votre corps. S’il s’agit d’un sport d’équipe, c’est jackpot : cela prouve en plus que vous savez travailler en équipe, et que vous avez envie de vous réaliser avec les autres, pas uniquement de façon individuelle.

> LES ACTIVITÉS ASSOCIATIVES : l’engagement associatif est particulièrement bien vu par les recruteurs, notamment dans le social. Évitez aussi de préciser les associations à convictions idéologiques (religion et politique).

> LES VOYAGES : Signe d’ouverture et de curiosité, les voyages sont très bien vus par les recruteurs. La précision des pays visités est un bonus non négligeable (surtout les destinations « exotiques »), qui pourra interpeller le recruteur.

> LES AUTRES ENGAGEMENTS : Les loisirs créatifs, l’écriture d’un blog (et l’adresse où le trouver), la lecture (précision des auteurs préférés, du type de lecture, etc), le théâtre (qui induira que vous n’avez pas peur de prendre la parole en public), …

 

Donc finalement, de manière un peu caricaturale, on peut considérer qu'un candidat qui pratique un sport collectif et qui s'engage dans de nombreuses associations aime être entouré et travailler avec les autres. À l'inverse, un passionné de lecture, de tennis ou de golf est probablement un peu plus individualiste.

Dans tous les cas, mettre des précisions. Par exemple : si vous faites du chant lyrique, n’hésitez-pas à dire dans quelles structures, votre type de voix, etc. Ou encore le nombre d’années que vous pratiquez tel sport avec le club, etc.

#3. Comment l’intituler ?

 

De nombreux termes peuvent intituler cette partie de votre CV : « Hobbies », « Loisirs », « Centres d’intérêt », « Goût prononcé pour… », « Activités extraprofessionnelles », « Informations Complémentaires », « Divers », « Autres expériences », …

Au Rés’Ô, on préfère le terme « Centres d’intérêt », qui est générique, tout en cadrant avec l’essence professionnelle du CV.

Mais on aime bien aussi « A savoir… », qui donne envie d’en savoir plus, justement.

Vu également sur un CV, l’intitulé « Goûts et Dégoûts » accompagné d’émoticônes et d’une liste atypique : un choix (trèèèès) risqué et décalé, mais tellement original et surprenant ! Conseil d’ami : à ne tenter que si votre personnalité, celle de votre CV et celle de la structure qui recrute s’y prête !

#4. Où insérer cette rubrique ?

 

Généralement, les CV sont hiérarchisés avec les informations-clef en premier, pour aller jusqu’aux informations moins essentielles ensuite. Le même principe s’applique ici : les Centres d’intérêts s’inscriront donc plutôt en bas du CV, comme une conclusion plus « personnelle » à ce document professionnel.

Cependant, la « libération » du CV (merci le marketing et les logiciels de PAO !) et de sa structure rigide et plutôt monotone laisse de plus en plus de place aux initiatives pour le candidat... surtout dans le champ culturel où l’originalité d’un CV est plus vu comme un signe de personnalité que d’excentricité !

Ainsi, il est tout à fait possible de « déstructurer » le CV, tant qu’il reste clair ! Les nouveaux styles de mise en page, avec alternance entre colonnes et textes, permettent par exemple d’insérer cette rubrique sur un côté.

Enfin, certaines personnes mettent cette rubrique à la fin, sans intitulé et sous forme de phrases. Pourquoi pas… Cela a l’intérêt de régler la question de l’intitulé, et rend les choses révélées plus personnelles, comme une confidence.

Personnellement, je rêve de tester les centres d’intérêts en tour de page du CV, comme un cadre ! Mais ça en fait des choses à dire et à dévoiler tout en restant pertinent !

BREF. À vous de voir ce qui vous inspire le plus… et où il reste de la place !  :)

#5. Énumération concise ou détaillée ?

 

Alors liste de course ou roman-fleuve ?

Au Rés’Ô, et d’après les nombreux articles lus pour vous régaler de cet article passionnant, nous pencherions par un entre-deux pertinent et impactant. Quitte à mettre ses goûts, autant être le plus précis possible…

 

Donc, pas de données généralistes. Ou alors avec des parenthèses qui précisent.

Ex : « Lecture » deviendra plutôt : « Lecture : romans policier, stratégies géopolitiques et écrits historiques) ».

Enfin, limitez-vous à quatre points.

 

A nos claviers !

Car oui, moi aussi je dois refaire cette rubrique totalement inutile et généraliste sur mon CV !!!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !